Membre d' Actualité Distincte : L'information citoyenne autrement!

samedi 22 octobre 2011

Prévisions de la crise économique pour 2012 : Faillite de 10% des banques et concentration de l'économie.


Je vous partage un extrait de la revenu GEAB, du Laboratoire Européen d'Anticipation Politique (LEAP). Ça fait plus de 2 ans que je suis les publications de ce groupe de travail; jusqu'à maintenant, leurs anticipations économiques se sont révélées à plus de 80% justes. Ce texte a l'audace de souligner le malaise économique profond qui règne entre les grandes puissances, causées par la déchéance de la domination du dollars US.


Notre équipe [du LEAP] pourrait aborder ce sujet [de la crise économique] comme les médias anglo-saxons, le président des Etats-Unis et ses ministres, les experts de Washington et de Wall Street, et plus généralement les grands médias le font ces derniers temps à propos de tous les aspects de la crise systémique globale, c’est-à-dire en disant : « C’est la faute de la Grèce et de l’Euro ! ». Cela aurait évidemment comme vertu de réduire à quelques lignes cette partie du GEAB N°58 et de supprimer toute velléité d’analyse d’éventuelles causes aux Etats-Unis, au Royaume-Uni ou au Japon. Mais, sans surprise pour nos lecteurs, ce ne sera pas le choix retenu par LEAP/E2020. Etant le seul think-tank à avoir anticipé la crise et prévu plutôt fidèlement ses différentes phases, nous n’allons pas en effet abandonner aujourd’hui un modèle d’anticipation qui fonctionne bien au profit de préjugés dépourvus de toute capacité prédictive (n’oublions pas que l’Euro se porte toujours bien et que l’Euroland vient de réaliser son petit exploit d’enchaîner en six semaines les 17 votes parlementaires nécessaires pour renforcer son fonds de stabilisation financière). Alors, plutôt que de répercuter de la propagande ou du « prêt-à-penser », restons fidèle à la méthode d’anticipation et collons à une réalité qu’il nous faut dévoiler pour pouvoir la comprendre.

En l’occurrence, depuis des lustres, quand on pense « banques », on pense avant tout à la City de Londres et à Wall Street. Et pour cause, depuis plus de deux siècles pour Londres, et près d’un siècle pour New York, ces deux villes sont les deux cœurs du système financier international et les tanières par excellence des grands banquiers de la planète. Toute crise bancaire mondiale (comme tout phénomène bancaire d’envergure) prend donc sa source dans ces deux villes et y termine sa course aussi, puisque le système financier mondial moderne est un vaste processus d’incessants recyclages de la richesse (virtuelle ou réelle) développée par et pour ces deux villes.

La décimation des banques occidentales qui débute et va se poursuivre dans les prochains trimestres, phénomène d’ampleur historique, ne peut donc se comprendre et se mesurer sans analyser avant tout le rôle de Wall Street et Londres dans cette débâcle financière. La Grèce et l’Euro y jouent indéniablement un rôle comme nous l’avons analysé dans des GEAB précédents, mais ce sont ceux de facteurs déclencheurs : la dette de la Grèce, ce sont les turpitudes bancaires d’hier qui explosent sur la place publique aujourd’hui ; l’Euro c’est l’aiguillon de l’avenir qui perce la baudruche financière actuelle. Ce sont les deux doigts qui pointent le problème ; mais ils ne sont pas le problème. C’est ce que sait le sage et ce qu’ignore l’idiot d’après le proverbe chinois.

Pour anticiper l’avenir des banques occidentales, c’est en effet à Londres et Wall Street qu’il faut regarder, car c’est tout simplement là que le troupeau bancaire se rassemble et vient boire sa dose de Dollars chaque soir. Et l’état du système bancaire occidental peut se mesurer à travers l’évolution des effectifs des banques, de leur profitabilité et de leurs actionnaires. De ces trois facteurs on peut déduire assez directement leur aptitude à survivre ou disparaître.

La décimation des effectifs des banques
Commençons donc par les effectifs ! En la matière le tableau est bien sombre pour les employés du secteur bancaire (et même désormais pour les « stars du système bancaire ») : Wall Street et Londres annoncent sans interruption depuis la mi-2011 des licenciements massifs, relayés par les centres financiers secondaires comme la Suisse et les banques eurolandaises ou japonaises. Ce sont au total plusieurs centaines de milliers d’emplois bancaires qui ont disparu en deux vagues : 2008-2009 d’abord, puis depuis la fin du printemps de cette année. Et cette seconde vague monte en puissance au fur et à mesure des mois qui passent. Avec la récession globale désormais en cours, l’assèchement des flux de capitaux vers les USA et le Royaume-Uni consécutifs aux changements géopolitiques et économiques en cours, les immenses pertes financières de ces derniers mois, et les réglementations en tout genre qui progressivement « cassent » le modèle banco-financier ultra-profitable des années 2000, les dirigeants des grandes banques occidentales n’ont plus le choix : il leur faut à tout prix limiter leurs coûts au plus vite et dans des proportions importantes. La solution la plus simple (après celle consistant à surfacturer les clients) est donc de licencier des dizaines de milliers d’employés. Et c’est ce qui se passe. Mais loin d’être un processus maîtrisé, on constate que tous les six mois ou presque, les dirigeants des banques occidentales découvrent qu’ils avaient sous-estimé l’ampleur des problèmes et qu’ils sont donc obligés d’annoncer de nouveaux licenciements massifs. Avec le perfect storm politico-financier qui s’annonce aux Etats-Unis pour Novembre et Décembre prochains, LEAP/E2020 anticipe ainsi une nouvelle série d’annonces de ce type dès le début 2012. Les cost-killers du secteur bancaire ont de beaux trimestres devant eux quand on voit que Goldman Sachs, qui est également directement concerné par cette situation, en est réduit à limiter le nombre de plantes vertes dans ses bureaux par souci d’économies. Or, après les plantes vertes qu’on éradique, ce sont généralement les pink slips qui fleurissent.

La décimation du nombre des banques
D’une certaine manière, le système bancaire occidental ressemble de plus en plus à la sidérurgie occidentale des années 1970. Ainsi les « maîtres des forges » s’étaient crus les maîtres du monde (contribuant d’ailleurs activement au déclenchement des guerres mondiales), tout comme nos « grands banquiers d’affaires » se sont pris pour Dieu (à l’instar du PDG de Goldman Sachs ou au moins pour les maîtres de la planète. Et l’industrie sidérurgique fut le « fer de lance », la « référence économique absolue », de la puissance pendant plusieurs décennies. On comptait la puissance en dizaines de millions de tonnes d’acier comme on a compté ces dernières décennies la puissance en milliards USD de bonus pour dirigeants et traders des banques d’affaires. Et puis, en deux décennies pour la sidérurgie, en deux/trois ans pour la banque, l’environnement a changé : concurrence accrue, profits qui s’effondrent, licenciements massifs, perte d’influence politique, fin des subventions massives et in fine nationalisations et/ou restructurations accouchant d’un secteur minuscule par rapport à ce qu’il était à son heure de gloire). D’une certaine manière donc, l’analogie vaut pour ce qui attend en 2012/2013 le secteur bancaire occidental.



0 [ C O M M E N T A I R E S ]

:

Contribuez à cette discussion