Membre d' Actualité Distincte : L'information citoyenne autrement!

lundi 7 février 2011

Les Orphelins du DuPleJisme : La corruption structurée de la mafia québécoise s'est-elle emparée de la DPJ?


Après la publication du documentaire "Les Voleurs d'enfance" de Paul Arcand en 2005, on aurait pensé que le gouvernement s'empresserait de faire le ménage et y passer le bon vieux bulldozer libéral pour proposer une alternative. Plus de 5 ans plus tard, on peut constater que le bulldozer en question a frappé partout au Québec, mais a épargné le Département de Protection de la Jeunesse (DPJ). Il est vrai que le documentaire de Paul Arcand peut sembler partial puisqu'il ne relate pas les réussites du programme, par contre, il met à jour les lacunes et la violence que subissent plusieurs jeunes qui font leur entré au DPJ.

Plusieurs témoignages relatent des situations qui s'apparentent grandement à la situation que subissaient les Orphelins de Duplessis: imposition de médication après avoir été déclaré atteint de problèmes mentaux sous des prétextes louches, violence physique et psychologique, déresponsabilisation des individus au lieu de favoriser l'émancipation, isolement et vie précaire des enfants au détriment d'une vie plus stable. Le système mafieux de Maurice Duplessis utilisait ces enfants pour toutes sortes de prétextes : marchandise sexuelle, main-d'oeuvre à bon marcher pour faire pression à la baisse sur les conditions de travail, ou même, lorsque ces orphelins pouvaient voter, on les utilisaient comme puissance électorale en 'achetant' leur vote. Aujourd'hui, il n'y a plus d'orphelinats, et le pouvoir religieux s'est départi de ses responsabilités dans ce domaine social. Toutefois, il semble que la mafia moderne a comblé la place de l'Église et comme autrefois, l'État joue le rôle de protecteur et de garant du statu-quo.

Plusieurs témoignages Anonymes sur le site assezdudpj.webcov.com sont à glacer le dos et démontrent le côté arbitraire et despotique de la DPJ, qui ne semble pas toujours prendre le temps de bien faire ses enquêtes avant de retirer des enfants à leurs parents. Peut-être faute de moyens...? Il y a également plusieurs cas de parents immigrants qui n'ont pas nécessairement la même culture que nous, la DPJ devrait d'abord accompagner les parents il me semble. Même dans les pires cas, le lien avec les parents ne devrait JAMAIS être totalement coupé.

Faute de moyen, plusieurs parents ont dû abdiquer devant le pouvoir de la DPJ, même s'ils avaient répondu à toutes leurs exigences. C'est la persévérance de Feather Nash, qui après un long combat devant la justice, a réussie à retrouver la garde de ses enfants. Souhany Plante a vécu séparée de sa famille alors que pourtant, il existait un membre de sa famille qui aurait pu prendre la garde.

C'est dans cette foulée qu'ont émergés des sites internet comme sosquebec et le blog lesresponsables. Nous vous conseillons de les visiter tous les deux afin d’y trouver plus d’information pertinente, dont des documents chocs rendus publiques. Plusieurs articles journalistiques très sérieuses ont soulignés le problème, mais pourtant, le gouvernement ne bouge pas.

Il m’est difficile de prendre clairement position dans ce dossier, mais je pense qu’un sérieux débat social s’impose. Il ne faut pas miser passivement sur l’État québécois, qui semble d’avantage complice, tout comme l’était le gouvernement de Duplessis, de l’asservissement de notre jeunesse abîmée. Ainsi, je penses qu’il est essentiel pour le moment d’imposer la création d’un ombudsman du DPJ, qui pourra colliger les plaintes déposées par les intervenants, les enfants et les parents. Nous aurons ensuite une partie des outils nécessaires au débat social qui s’impose.



3 [ C O M M E N T A I R E S ]

:

Anonyme a dit…

http://www.cyberpresse.ca/actualites/201102/06/01-4367582-inconduite-sexuelle-dans-les-centres-jeunesse.php

A. Franc-Shi a dit…

Il aurait été pertinent de mentionner que le lien mentionné plus haut pointe vers un article intitulé "Inconduite sexuelle dans les centres jeunesse" et qui nous informe entre autre que :

"De jeunes contrevenants se vantaient de les avoir attirées dans leur lit ou de les avoir surprises à caresser leurs compagnons de chambre - pour la plupart encore mineurs."

"Le public n'en entend jamais parler, mais une dizaine de scandales du genre en quatre ans, cela n'a rien d'atypique au Centre jeunesse de Montréal. «Ce n'est pas un sommet», affirme une porte-parole du centre jeunesse."

"Tous ne partagent pas cette vision, bien au contraire. Au centre jeunesse, c'est la loi du silence, jurent de nombreux intervenants des deux sexes et de tous âges, qui avaient tous très peur d'être reconnus. D'après eux, c'est pour mieux étouffer ces histoires que plusieurs fautifs - réels ou apparents - se sont vu conseiller de démissionner en douce."

Les gâteaux personnaliser a dit…

ma petite fille de 14 ans qui es placé par la DPJ au centre Dominique Savio elle es placé par cause qu'elle se mutilais au lieu de la faire soigner dans un bon endroit ils l'ont mis dans un centre et en plus dans se centre il y entre de la drogue ,des médicament de toute sorte et elle c fait abusée par des filles qui y habite ces sa la DPJ .

Contribuez à cette discussion