Membre d' Actualité Distincte : L'information citoyenne autrement!

mardi 2 novembre 2010

Quand la FED frémit, les États-Unis tremblent et le monde craque.




La Fed entame aujourd'hui une réunion très attendue sur sa politique monétaire. En effet, la situation économique aux États-Unis s'est dégradée à un point tel qu'une grande partie des étatsuniens ne parvient plus à se loger et se nourrir convenablement et ce, malgré les plans de relance économiques de Bush et d'Obama pour sauver leurs banques nationales qui avaient fait de mauvais choix financiers. La FED est maintenant muselée, sans pouvoir, elle ne peut plus baisser son taux d'intérêt directeur, celui-ci étant déjà à 0.25%. Entre 2008 et 2010, cet organisme privé a imprimé l'équivalent de 1900 milliards de dollars US et a tenté par tous les moyens de l'injectée dans l'économie réelle, mais sans résultats concrets.

Les analystes économiques prédisent qu'aujourd'hui, dans sa réunion sur la politique monétaire, la FED optera de nouveau pour le seul pouvoir qu'il lui reste : la création monétaire, c'est-à-dire imprimer encore plus d'argent. Plusieurs de ces analystes, dont nous partageons l'analyse, prédisent déjà que l'injection de nouvelle liquidité sera totalement innutile :
Ils "ont estimé qu'avec 981 milliards de dollars de réserves non utilisées dans le système bancaire et 943 milliards de trésorerie disponible dans les entreprises américaines, imprimer quelques centaines de milliards de plus pourrait revenir à jeter de l'argent dans un puits.” «Les entreprises sont déjà assises sur des montagnes d'argent et n'investissent pas. Les prêts aux consommateurs sont déjà plutôt bon marché et la consommation n'augmente pas», souligne l'économiste Mark Thoma, de l'Université de l'Oregon.

Cela montre le ridicule de l'affaire : électrifier toute l'Afrique et procurer de l'eau potable à ses millions d'habitants coûterait environ 150 milliards, mais on préfère imprimer de l'argent pour financier et sauver un système économique dépassé et à la dérive. Nous ne le répéterons jamais assez, le problème est que le citoyen commun est déjà trop endetté et que son salaire est à la baisse, alors que les prix des services et des produits sont à la hausse. On pourrait distribuer 6000$ à chaque citoyen étatsunien (l'équivalent des 1900 milliards des plans de sauvetage économiques), cela ne réglerait absolument rien!

L’essence même du capitalisme veut que le Capital se monopolise sans cesse et de plus en plus vite. Cela signifie que de plus en plus d'argent est entre les mains de moins en moins de personnes. Par exemple, si autrefois les entreprises se contentaient d'environ 5% de rentabilité par année, aujourd'hui, elles ne se contentent même pas des 15%, voir même 20% qu’elles atteignent! Si on injecte inlassablement de plus en plus de Capital dans le système actuel mais qu'au bout de la ligne la quasi totalité revient aux même personnes, on est pas plus avancé! Surtout que ce sera au citoyen, par ses impôts et par l'inflation, de financer ces plans de relances. Citoyen qui, je vous le répète, est déjà étouffé par les dettes et les dépenses quotidiennes.

Ne pensez pas que nous sommes épargnés de cela au Québec et au Canada. Tout ce qui arrive aux États-Unis affectera inévitablement le Canada. C’est exactement l’argument que notre élite politique et économique a utilisé pour promouvoir le plan de relance économique ici, au Canada. Bien que nous n'en n'aillons pas beaucoup entendu parlé, le Canada également a eu son plan de relance économique. S'il n'était que de 150 milliards, il faut comprendre que la population canadienne est environ dix fois moins nombreuse qu'aux États-Unis. Toute proportion gardée, nous avons eu un plan de relance canadien à la hauteur de 78% de celui des États-Unis. Triste avenir pour les contribuables canadiens qui ont un destin plutôt semblable à celui des États-Unis, eux qui voient leurs revenus diminuer et leurs dépenses augmentées au quotidien.

Le libéralisme économique et le capitalisme en général ont démontrés leurs parti prix en faveur des grands propriétaires de capitaux. Cela n'est pas récent, bien au contraire! La fin du 19e siècle avait déjà laissé présagé les problèmes d'un Capital national trop monopolisé, il en résulta la première guerre mondiale. L'euphorie économique qui s'en suivi entraîna une crise de surproduction, puis une crise bancaire dans les années 1930. La deuxième guerre mondiale étant le prolongement de la première, vous avez ensuite la seconde euphorie économique mondiale et la tentative d'imbriquer la totalité de l'économie mondiale. La chute du communisme en 1991 a été l'étape finale de ces greffes économiques. Maintenant que l'économie est saturée, qu'il n'y a plus de grands marché à conquérir et que ni les États, ni les citoyens sont en mesure de sauver le système économique, qui le fera?




3 [ C O M M E N T A I R E S ]

:

Ou le mot citoyen prend tout son sens a dit…

Tel que prévu, la FED a encore injectée plus de 600 milliards de $US. Ainsi, on reporte de nouveau la crise économique et on espère que l'inflation viendra réduire la valeur de la dette nationale. Effectivement, plus le dollars US perdra de valeur, moins la dette nationale sera astronomique et insurmontable. Superbe plan financier qui aura des répercussions désastreuses pour le citoyen moyen.

Ou le mot citoyen prend tout son sens a dit…

Les manoeuvres de la Fed reçoivent l'appui du Canada

(Ottawa) Le sommet du G-20 à Séoul pourrait être plus agité que prévu. La décision de la Fed américaine d'injecter 600 milliards de dollars dans son économie a fait grincer des dents en Europe et au sein de puissances émergentes, comme la Chine. La crainte d'une «guerre des devises» reprend de l'ampleur.

source : lapresseaffaires.cyberpresse.ca

Dominic a dit…

En fait, les États-Unis misent sur l'inflation pour rembourser leurs dettes. En effet, plus ils créent de fausse monnaie, moins leurs monnaie vaut cher. Moins leur monnaie vaut cher, moins leur dette sera imposante par rapport au PIB. Une vraie roulette russe en fait car l'inflation sera désastreuse pour un peuple déjà sur-endetté et incapable de se loger et se nourrir convenablement.

Contribuez à cette discussion