Membre d' Actualité Distincte : L'information citoyenne autrement!

lundi 31 janvier 2011

Côte D'Ivoire : Comment on manipule l'économie des peuples pour enrichir l'élite mondaine?



Je me plaît souvent à souligner que nous étions, à ma connaissance, le premier blog québécois à avoir dénoncé, en décembre dernier, les agissements arbitraires et despotiques de la communauté internationale en Côte d'Ivoire. Dès le 28 décembre, dans notre texte "Dénoncer le double jeu de l'ONU et de la communauté internationale en Côte d'Ivoire", nous affirmions le fait qu'Allasane Ouattara était plutôt un sbire au service du Front Monétaire International (FMI), de la Banque Mondiale et des intérêts étrangers, qu'un libérateur démocrate. Si au début notre position avait déclenchée les passions chez une frange de notre lectorat, aujourd'hui, notre position a fortement gagné en crédibilité. Depuis le déclenchement de la crise ivoirienne, dans l'opinion publique, Laurent Gbagbo est passé de criminel de guerre truand, à héros national et protecteur des africains contre l'ingérence extérieure.

En citant la Côte D'Ivoire comme exemple, nous avons été le premier blog québécois à soutenir que l'ONU et l'Union Africaine étaient des organisations corrompus, au service des forces capitalistes. Cela est plus vrai que jamais, car selon toute vraisemblance, d'ici quelques semaines, ce sera le dictateur de la Guinée équatoriale, au pouvoir depuis 1979 grâce à un coup d’Etat militaire, qui prendra la direction de l'Union Africaine. Pensez-y, c'est comme si les dictateurs Ben Ali ou Moubarak avaient comme mandat de diriger l'Union Européenne! La communauté internationale, l'Union Africaine et l’ONU ont étés démasqués, ils ont perdus toute crédibilité!

Dans la crise ivoirienne qui a secouée le pays en décembre dernier, et qui continu toujours de le faire, nous avions étés les premiers québécois à prendre une position neutre, ni en faveur de Gbagbo, ni en faveur de Ouattara. Si dès le départ les appuis solides (ONU, Union Africaine, France, États-Unis, Canada...) ont étés en faveur de Ouattara, aujourd'hui, la donne a changée. Gbagbo a gagné l'appui de la Russie et de la Chine, mais également de certains membres de l'Union Africaine comme l'Angola, la Libye, la Guinée équatoriale et l'Afrique du Sud et surtout, des membres de la CEDEAO (Ghana, Bénin, Cap Vert, Gambie), les mêmes organisations qui menaçaient Gbagbo d'une invasion militaire de la Côte D'Ivoire il y a de cela seulement quelques semaines...

Décidément, la communauté internationale et les pays occidentaux ont subis tout un revers dans leur prise de position en Côte D'Ivoire! Ils ont perdu toute crédibilité pour tous les pays du Sud, qui voient maintenant les organisations internationales comme des outils impérialistes pour maintenir l’hégémonie du Nord. Mais ce qui est le plus troublant et révélateur, c'est la proximité idéologique entre Ouattara (le candidat soutenu par l’ONU) et Antony Ward, un britannique et grand patron de l'entreprise Armajaro, dans leur tentative de coup d'État et de déstabilisation économique de la Côte D'Ivoire. Pour comprendre cette situation, il est important de rappeler que l'économie de la Côte D'Ivoire repose principalement sur la production et l'exportation de la fève de cacao, dont le pays est le plus grand exportateur mondial. Déjà en 2002, on avait découvert que la tentative de coup d'État en Côte D'Ivoire avait été largement financée par Antony Ward, en faveur de son entreprise, Armajaro, qui 'œuvre' dans les échanges internationaux de ressources premières, principalement dans le sucre, le café et le cacao. Parallèlement, cette crise de 2002 en Côte D’Ivoire avait été marquée par la flambée des cours du cacao et un enrichissement instantané de Ward et de son entreprise. Aujourd'hui, le même scénario se répète : Allasane Ouattara, candidat des forces capitalistes en Côte D'Ivoire, demande aux Ivoiriens de suspendre toute exportation de cacao pour une période d'un mois. Il tente ainsi de déstabiliser l’économie du pays, et de priver Gbagbo de sources de financement national. Cette position de Ouattara démontre son parti-prix en faveur des intérêts étrangers, au dépends des intérêts locaux et de la population ivoirienne. Alors qu’une majorité d’ivoiriens sont déjà accablés par la pauvreté, Ouattara leur offre de limiter leurs entrées fiscales pour une période de 30 jours! La seule annonce de cette requête de Ouattara a fait bondir le prix du cacao sur le marché mondial et a eu comme conséquence un enrichissement instantané de Antony Ward et à sa corporation Armajaro.




Cela fait plus de 3 siècles que l'économie de l'Afrique est dominé par des forces extérieures. Les africains doivent impérativement se défaire de l'emprise de la bourgeoisie mondiale et de l'économie capitaliste. Le système capitaliste actuel repose sur la domination de l'Afrique, pour l'appropriation de ressources premières et de main d'oeuvre à bon marché. Sans cette absurde appropriation des richesses africaines et des peuples du monde, c'est tout le système occidental qui s'effondre. Il est important que les africains réalisent qu'ils financent leur propre asservissement. En cela, dès décembre 2010, nous avions été porté à appuyer Laurent Gbagbo dans sa lutte contre l’impérialisme. Toutefois, notre position reste la même : ni Ouattara, ni Gbagbo, mais le peuple organisé en comités d’actions de délégués révocables. C’est le SEUL moyen d’assurer à long terme une indépendance économique des peuples africains, une représentativité démocratique de TOUS les ivoiriens dans l’appareil politique et à la fois un respect intégral des libertés individuelles.



12 [ C O M M E N T A I R E S ]

:

Anonyme a dit…

Gbagbo est présentement la force d'unité qui permettra peut-être une libération des capitalistes extérieurs. Espérons-le. . Mais pour le moment s'il uni les Ivoiriens contre les Puissances il pourra les amener à une victoire. Aux Ivoiriens à voir à Gbagbo ensuite.

c. charest

Yanick Toutain a dit…

@c. charest
"Gbagbo est présentement la force d'unité qui permettra peut-être une libération des capitalistes extérieurs."

Non, c'est trop tard !
Le 13 janvier, au lieu de couper les relations diplomatiques avec l'assassin Ben Ali, Laurent Gbagbo par la bouche (et la censure) de son conseiller Alain Toussaint a fait le choix suicidaire de persister à SOUTENIR le criminel socialo-fasciste qui assassinait son peuple.
Le 13 janvier, Laurent Gbagbo est MORT pour l'Afrique.
Il n'est plus qu'une misérable baudruche dénuée de cervelle et manipulée par une cour de mangeurs de miettes coloniales.
Ses partisans les plus sincères sont en train de devenir fous sur Facebook en créant des sortes de sectes d'hallucinés présentant le TRAITRE A L'AFRIQUE, le TRAITRE aux Tunisiens comme le Messie réincarné.
Nous aurons donc DEFENDU (sans le soutenir) Laurent Gbagbo du 16 décembre 2010 au 13 janvier 2011.
Maintenant nous défendons
NI GBAGBO NI OUATTARA : LE PEUPLE !
Et préconisons de construire SANS Gbagbo, CONTRE Gbagbo la pyramide de délégués révocables que Blé Goudé a été incapable de construire en défense de la Côte d'Ivoire.

Mais ce seront les Tunisiens, les Egyptiens ou encore peut-être les Camerounais qui donneront des leçons de patriotisme aux Ivoiriens.
Cette nation qui fut, en 2004, aux avant-postes de la lutte de libération anti-esclavagiste, cette nation qui a - par ses démonstrations de novembre 2004 - montré quels sacrifices elle était prête à faire pour CHASSER LICORNE et pour CHASSER ONUCI en est réduite à regarder comme deux yoyos gesticulant, deux yoyos en folie Laurent Gbagbo et Blé Goudé gesticuler comme deux perdus.
Manifestations appelées, annulées, re appelées, réannulées... du grand n'importe quoi ..
Et cet appel à EXIGER le départ de Licorne et de l'ONUCI est passé dans les mêmes oubliettes que celle où Gbagbo rangea son intelligence et son honnêteté intellectuelle de 2004 jusqu'au mois de décembre 2010.
Des oubliettes bien pratiques quand il faisait cadeau du port d'Abidjan au criminel Vincent Crassus Bolloré, le premier esclavagiste de l'Afrique.

lundi 13 décembre 2010
Ni Laval-Ouattara, ni Pétain-Gbagbo ! Défense (sans soutien) du gouvernement Gbagbo en cas d'attaque étrangère ! Il faut d'urgence des délégués révocables ! (25 délégateurs désignent un délégué)

lundi 20 décembre 2010
Agression fasciste de l'ONU contre la Côte d'Ivoire. Le Conseil Constitutionnel de CI bafoué par les esclavagistes impérialistes.

jeudi 20 janvier 2011
Les 25 textes de la campagne dénonçant l'appartenance du socialo-fasciste Ben Ali à l'Internationale Socialiste (textes du 12 janvier au 20 janvier 2011) A BAS L'INTERNATIONALE SOCIALO-FASCISTE ! VIREZ CETTE ORGANISATON DE L'AFRIQUE !

jeudi 20 janvier 2011
Ni Gbagbo, ni Ouattara, Le Peuple ! délégation générale révocable ! Il faut 2,5 millions de délégués pour un gouvernement provisoire ! En soutenant le tyran Ben Ali et en poignardant le peuple tunisien, Laurent Gbagbo et Alain Toussaint se sont suicidés politiquement ! Il faut chasser l'Internationale Socialiste Hors d'Afrique !

Anonyme a dit…

Sans rapport avec l'article,

Je suis curieux de savoir comment s'est passé ton premier du mois. T'as pas tout dépensé ton chèque dans la boisson j'espère?

A. Franc-Shi a dit…

N'aviez-vous pas quelque chose de plus constructif à partager? Votre épigraphe d'Anonyme exhibe la vacuité de votre esprit, vous n'osez même vous identifier à vos propres propos.

Et en passant, je vous rappel que le versement d'Aide Sociale auquel vous faites référence équivaut à seulement 19$ par jours. Je doute fort qu'après avoir payé le loyer, la nourriture et les vêtements, qu'il ne reste quoi que ce soit pour la boisson, comme vous dites. Et vous, comment s'est passé votre sodomie couplée à Gérard Deltell et Lucien Bouchard? ;0)

path a dit…

Votre promptitude à faire d'Alassane Ouattara le relais des impérialistes en Côte d'Ivoire cache mal, malgré vos dénégations, votre penchant pour GBAGBO.

Jamais je ne vous entends exprimer clairement les relais créés par ce dernier avec la mafia libanaise, jamais vous ne parlez de la corruption galopante tout au long des 10 années de son régime, jamais vous ne faites allusion aux collusions troublantes entre le fameux nationaliste GBAGBO et les relais impérialistes que sont les multinatoionales telles BOLLORE, VINCI, TOTAL.

Savez-vous que le fameux défenseur de l'Afrique, le nationaliste patenté, le digne sucesseur de Patrice LUMUMBA et de SANKARA tel qu'il se présente a accordé de gré à gré, contre toutes les règles de marchés publics établis, des terminaux portuaires à BOLLORE? BOLLORE est-il altermondialiste? Oeuvre t-il pour le développement de l'Afrique?

Alors, dites-moi, question à un euro, comment peut-on être nationaliste, dire qu'on lutte contre les impérialistes et octroyé de façon irrégulière le patrimoine de l'état -le port- à une entreprise acteur par excellence de la mondialisation, expression même de la domination du nord par le sud? Comment peut-on être nationaliste et voler le denier public? C'est quoi ce nationalisme qui prive le peuple de bien-être au profit de son épanouissement personnel?

Connaissez-vous l'affaire des barrons du cacao ou comment des pontes du régime GBAGBO ont détourné à leurs profits des revenus colossaux des fruits de pauvres paysans cultivateurs de ce produit?

Si le nationalisme est censé sauver l'Afrique face à l'imépérialiste et face à la mondialisation, que doit-on penser si à l'instar du capitalisme mafieux et sauvage, il revient in finae à voler le peuple, à le brimer et à conserver par devers soi les fruits de l'intérêt général? Si c'est ça le nationalisme, alors il est à rejeter au même titre que le capitalisme que vous pourfendez et vous devez le dire haut et fort.

Cessez donc une fois pour toute de croire que dans la crise ivoirienne, il y a des méchants d'un côté et des bons de l'autre? GBAGBO n'est ni moins bon ni moins méchant qu'Alassane OUATTARA.

Par ailleurs, jamais le Bénin et le GHANA n'ont apporté quelque soutien à GBAGBO. Votre information est erronée et tronquée.Et si vous avez la preuve de votre information, exhibez-la ici.En Afrique de l'Ouest le seul soutien de GBAGBO n'est que l'obscur président de la GAMBIE YAYA JAMMEH.Je vous laisse découvrir le pedigree du monsieur.

En Afrique Australe, vous avez l'Angola.mais avez-vous lu la déclaration du président DOS SANTOS? il dit clairement que si la commissionn électorale n'a pas proclamé les résultats des élections du second tour dans le délai légal imparti, le conseil constitutionnel n'a pas non plus dit le droit et qu'en conséquence il faut refaire les élections. C'est DOS SANTOS qui le dit.En gros, aux yeux de l'allié de GBAGBO, il ne serait pas élu, au terme des élections, président de la république de Côte d'Ivoire. Ce n'est pas l'ONU, ni l'UA qui le disent. C'est DOS SANTOS dans ses voeux au corps diplomatique.

Somme toute, les accointances entre les milieux d'affaire et les hommes politiques ivoiriens de façon particulière, mais aussi africains de façon générale ne datent pas d'aujourd'hui.Elles ont toujours existé et existent encore.Ce n'est ni le fait unique d'Alassane OUATTARA ni celui de GBAGBO.Mais si vous faites ressortir les accointances entre les entreprises "mafieuses" et OUATTARA sans révéler celles qui existent entre GBAGBO et celles-ci, alors vous faites preuve de graves partialités.

A moins que vous vous refusez à aller au-delà des mots et des paroles de GBAGBO. Seuls les borgnes et les aveugles le prennent pour le nationaliste et le souverainiste qu'il se prétend être.Jugez les actes et non les paroles.Et les actes de GBAGBO parlent.

A. Franc-Shi a dit…

@path : Merci de continuer de partager vos positions avec nous. Elles sont toujours très enrichissantes.

Si nous donnons l'impression de seulement répudier Ouattara, c'est en réaction aux informations fournies par nos médias nationaux qui lui donne INCONTESTABLEMENT leur appui. Les crimes commis par Gbagbo sont très bien soulignés ici, ne vous inquiétez pas, mais au contraire, le passé et les liens obscures de Ouattara sont totalement évincés. En cela, je vous remercie d'apporter ces informations indispensables et complémentaires. Elles viennent renforcer notre position qui est, je le répète : DÉGAGE GBAGBO, DÉGAGE OUATTARA, pour faire un parallèle avec les révoltes d'Afrique du Nord. Nous prônons l'organisation et la prise en main des peuples par l'organisation des dépossédés, des travailleurs, des prolétaires. Ceux-ci doivent, à l'instar des révolutions modernes, former des comités d'actions de délégués révocables. C'est le seul moyen de surpasser le nationalisme; c'est la seule façon de MONDIALEMENT surpasser le capitalisme!

Le nationalisme économique, nous le rejetons assurément! Nous sommes internationalistes. Les frontières existent pour clôturer les peuples. Nous pensons que la réelle libération des peuples viendra d'une alliance de ceux-ci pour surpasser le capitalisme et le nationalisme grégaire qui les affligent, et qui encourage la méfiance entre eux. Les pays sont au capitalisme ce que les seigneuries étaient à l'âge féodale; le monde de demain ne sera plus divisé en pays comme on les conçoit aujourd'hui. Encore une fois, votre lucidité nous laisse sans mot, nous pouvons seulement être en accord avec vous lorsque vous dites que le nationalisme "est à rejeter au même titre que le capitalisme". Ils sont des concepts intrinsèques, symbiotiques.

Encore une fois, Path, merci de partager votre savoir et vos critiques avec nous, elles nous aident à pousser d'avantage nos recherches et nos critiques.

Path a dit…

Je ne sais pas si vous êtes au courant de la dernière trouvaille de GBAGBO.

Ne nous avait-il pas dit qu'il avait gagné les élections? Ne nous avait-il pas dit qu'il y a eu des fraudes dans tous les départements du nord et du centre de la Côte d'Ivoire à son détriment?
Ne nous avait-il pas dit que la reconnaissance d'Alassane ouattara participait d'un complot ourdi par la communauté internationale contre lui?
Ne nous avait-il pas dit que cette communauté internationale devrait le reconnaître comme président et que la loi ivoirienne , la constitution ivoirienne devrait être respectée par tous?

Oui, mais voilà le président légitimement et légalement élu de la Côte d'Ivoire, sacré par le Conseil constitutionnel ivoirien, le président incontesté et incontestable fait des propositions troublantes et surprenantes pour quelqu'un qui prétend avoir gagné.

Passons le fait qu'au lendemain de sa consécration, lui et ses affidés aient proposé la coprésidence à son adversaire.Du jamais vu dans un pays vous me direz.

Aujourd'hui, acculé et isolé, soumis à une évaluation des ses allégations par des experts électoraux africains dans le cadre de la médiation africaine pour une sortie de crise pacifique, monsieur GBAGBO propose à Blaise COMPAORE, qu'il a fait pourtant vilipendé par ses partisans, de le soutenir auprès de ses pairs africains pour une reprise générale des élections présidentielles en Côte d'Ivoire (voir l'hebdomadaire le nouveau réveil, n° 2740 du mardi 8 février 2011, consultable en partie sur W.W.W.africatime.com/ci).

Comment peut-on avoir légitimement et légalement gagné les élections et proposer qu'on les reprenne?

Comment peut-on avoir exigé du monde entier le respect de la loi ivoirienne et promouvoir ensuite sa violation puisqu'en demandant la reprise des élections, c'est la décision du Conseil constitutionnel qui est ainsi bafouée?

Si l'élection de GBAGBO était si légitime et démocratique, pourquoi demander la reprise de celle-ci car jamais dans un pays digne de ce nom je n'ai vu un président légitime et démocratique demander la reprise des élections?

En réalité, les masques tombent. On ne peut cacher le visage avec une seule main. GBAGBO se rend compte qu'il ne peut mentir longtemps et toute une éternité au monde entier, qu'il ne peut se cacher sous le fallacieux argument de la communauté internationale pour cacher son coup d'état constitutionnel? Sinon comment comprendre que le même qui disait qu'il faut respecter la constitution ivoirienne demande aujourd'hui qu'on l'aide à reprendre les élections, donc à violer la constitution qui l'a désigné vainqueur des élections?

Et puis à reprendre les élections si tant est qu'il y avait eu des fraudes entachant la sincérité du scrutin, pourquoi le Conseil constitutionnel ne l'avait pas tout simplement fait au regard de ce que la loi ivoirienne (article 65 du code électoral)impose. Pourquoi l'avoir désigné président au mépris de la loi pour revenir in finae sur cette décision?

Ma conviction est que sans doute au cours de ces élections, il y a eu des fraudes aussi bien au nord que partout dans le pays. Mais que ma foi, elles n'étaient pas aussi abondantes et massives que GABGBO a voulu le faire croire et que donc celles-ci n'ont pas pu changer le choix du peuple qui est aussi clair que l'au de roche à savoir Alassane OUATTARA.

Path a dit…

Ma conviction aussi est que GBAGBO ne pensait pas un seul instant qu'il pouvait perdre les élections tellement il a été mis en confiance par ces conseillers et les sondages truqués qu'il n'en revenait pas.

On le sait, tout pouvoir finit par se couper des réalités et du peuple.GBAGBO n'y a pas échappé.

D'ailleurs, les cafouillages du conseil constitutionnel (supprimer des milliers de voix alors que la loi ne le permet pas, désigner un président sur cette base alors que la loi impose d'annuler tout simplement une élection entachée de fraude et de re-convoquer le corps électoral)montre bien qu'au-delà de la volonté de se maintenir au pouvoir, aucune stratégie scientifique et rigoureuse n'a été mise en place pour atteindre ses objectifs.On a agi dans la précipitation et dans la précipitation, on laisse toujours des failles dans son système.

Alors vous me direz qu'il y a des preuves de fraudes. Les tractes les attestant sont tellement grossiers que leur pertinence laisse à désirer. Et puis il suffit de faire l'addition des voix comptabilisées par le Conseil constitutionnel plus celles annulées par celui-ci, et vous retrouvez les mêmes résultats que ceux donnés par la commission électorale et l'ONU comme par hasard. C'est dire donc que les trois institutions ont eu les mêmes procès verbaux. D'où viennent alors les procès verbaux exhibés par le clan GBAGBO? Comment cela se fait-il qu'ils sont les seuls à avoir ces procès-verbaux alors que le représentant du facilitateur, le représentant de l'ONU, les préfets nommés au passage par GBAGBO, le conseil constitutionnel et le la Commission électorale ne les ont jamais eu en leur possession ?bizarre, bizarre, encore bizarre.

L'écran de fumée commence à tomber. Il n'était pas si épais que cela apparemment. Drôle d'histoire vous me direz, que des gens qui ont dit à la face du monde qu'ils ont gagné les élections demandent à ce que celles-ci soient reprises. S'ils étaient vraiment sûrs de leur victoire, jamais ils ne feraient de telles propositions.Quand on a conscience qu'on a perdu, et qu'il n'y a plus rien à perdre, on peut faire toutes les propositions du monde à partir du moment où elles vous permettent de gagner du temps et de nourrir de nouveau de l'espoir. Peut-être qu'en reprenant les élections, j'aurai cette fois-ci le temps de mieux m'organiser logistique ment et de ne plus me faire surprendre. GBAGBO avait dit un jour qu'il trouvait idiots les présidents en exercice qui organisaient les élections et les perdait.Et après ça on nous parle de communauté internationale, d'impérialisme, de mondialisation ravageuse et destructrice. D'accord pour ces maux qui minent le système économique international.Mais attention, ici, on est simplement en présence d'un vol. Et un vol reste un vol quelle que soit l'environnement économique. Et le vol est amoral et se doit d'être dénoncé et combattu quelle que soit la nature et les intérêts de la personne au détriment de qui il est fait. Que Ouattara ne soit un saint, d'accord. Qu'il soit sans doute un pion du système financier international, d'accord. Que je ne puisse être d'accord avec sa politique -encore que je ne sais quelle sera sa politique vraiment- d'accord aussi.Mais même s'il était le diable incarné , pour rien au monde on ne peut accepter qu'il soit volé. Cela ne serait ni juste, ni démocratique.
C'était ma petite contribution et mon éclairage face à l'évolution de la crise ivoirienne.

tajouri a dit…

il vaut mieux dénoncer les multinationales,les etats et les personnes corromppus qui s'enrichissent en renforçant le système en proposant , entre autres des conneries comme la démocratie participative ou la création de petits comités soi-disant révolutionnaires pour endormir les exploités et récupérr les luttes en les mettant sur des voies qui ne mènent nulle part

A. Franc-Shi a dit…

Justement, les exploités doivent s'unir en comités révolutionnaires pour lutter efficacement contre les "multinationales,les etats et les personnes corromppus qui s'enrichissent". Sans une organisation solide des citoyens, toute résistance est perdue d'avance.

Je viens de publier un texte sur les récents événements en Côte D'Ivoire : Bain de sang sous protectorat de l'ONU et des soldats français en Côte d'Ivoire. Je me demande ce que "Path" pense de cette situation déplorable.

Anonyme a dit…

Je sais que ma contribution à ce dossier ivoirien, vient un peu tardivement avec le dénouement qu'on connait,cependant, je voudrais utiliser votre tribune pour mettre en lumière le mode opératoire des puissances occidentales. Grâce à leur toute puissance médiatique, les puissances occidentales formatent l'opinion dans le sens de leurs intérêts mercantiles et géo-sratégiques et toujours pas dans le sens des valeurs démocratiques qu'ils prétendent défendre. Sinon, comment comprendre que cette communauté internationale qui pour "sauver la démocratie" a installé par les armes Alassane Ouattara se taise quand les règles de bases de la démocratie sont bafouées par son régime? Comment comprendre que cette communauté internationale se taise face à la naissance d'une pensée unique en côte d'Ivoire? A vrai dire, la démocratie, n'a jamais été le souci des puissances occidentales. Tout ce qu'elles veulent c'est installé des individus qui font leurs jeux politique. Ouattara en est un exemple éclatant. Aujourd'hui, il règne en maitre en Côte d'Ivoire. C'est également ce qui s'est passé en Libye, Me dira t-on que les dirigeants de l'actuelle Libye, qui ont assassiné froidement Kadhafi sont des démocrates? Aujourd'hui la machine se met en branle contre la Syrie!!! On s'émeut de l'utilisation du Veto Russe et chinois, pourtant les États-Unis utilisent constamment leur véto pour couvrir les crimes d’Israël sans cette émotion internationale.

Elise a dit…

C'est fou comment le marketing est l'arme de guerre. Ils nous font avaler tout ce qu'il veulent avec leurs montages. Soyons lucide et arrêtons de gobé tout sans vraiment s'informer.

Voici une article très intéressante sur ce sujet.

http://www.actualite-distincte.info/2012/02/le-ccg-et-lotan-perdent-leur-leadership.html

Contribuez à cette discussion