Membre d' Actualité Distincte : L'information citoyenne autrement!

jeudi 20 janvier 2011

Comprendre la position partisane de la communauté internationale face à la Côte D'Ivoire et entrevoir de possibles solutions pour l'Afrique.



Cet article est en relation avec la table ronde du 22 janvier 2011, au Centre Afrika de Montréal, dont Tanohé Ludovic N’Doly est le modérateur et portant sur la situation de conflit qui prévaut en Côte d'Ivoire.

Le centre de la discussion tournera autour de deux questionnements afin de comprendre: 1) la quasi-unanimité de la communauté internationale en faveur de Alassane Ouattara, contre Laurent Gbagbo, et ses décisions arbitraires, malgré les résultats serrés des élections présidentielles et les preuves de vastes fraudes électorales, 2) se pencher sur la recherche de solutions durables pour la paix et le développement dans le pays.

La situation de la Côte d'Ivoire démontre encore une fois les positions partisanes de la communauté internationale et son ingérence dans la politique intérieure des pays du monde. La Côte d'Ivoire et les pays d'Afrique ne sont pas seuls à devoir subir ces dictas, l'Amérique du Sud (Venézuella, Chili, Cuba...), le Moyen-Orient (Irak, Iran, Afghanistan...) et plusieurs pays d'Asie (Corée, Vietnam, Inde...) ont connus et connaissent encore le même sort. On n'hésite pas, à l'occasion, d'accoler à ces peuples l'étiquette de l'infâme "Axe du Mal". Ces constats nous enseignent que les institutions internationales (ONU, FMI, Banque Mondial...), bien qu'elle se cachent derrière le rideau de la justice, de la rigueur et de la liberté, sont en fait des outils de manipulation pour assurer la prédominance de l'occident (Amérique du Nord et Europe) dans le monde. Ainsi, l'appuis arbitraire de la communauté internationale envers Ouattara prend tout son sens. Ouattara souhaite appliquer le programme d'austérité et de rigueur financière du FMI et de la Banque Mondiale, à des populations déjà accablées par les écarts de richesses. À son apposé, Gbagbo prône des mesure plus sociale-démocrates, mais surtout, un nationalisme ivoirien qui dérange la communauté internationale. Cette dernière menace aujourd'hui d'attaquer militairement la Côte D'Ivoire par le Niger et le Burkina Faso. Mais quels intérêts peuvent justifier un tel positionnement extrémiste?                   

Il faut d'abord garder en tête que l'Afrique est le deuxième continent le plus peuplé et celui où se trouve le plus de richesse naturelles (Or, Zinc, Cuivre, Diamants...) sur la planète. Il faut également garder en tête le contexte géopolitique mondial moderne, à savoir un affrontement économique entre les deux principaux blocs économiques, la Chine et les États-Unis. La Chine devenant influente et de plus en plus autonome, on veut s'assurer d’avoir un autre bassin de main d’oeuvre à bon marché, mais on veut également s’assurer une main-mise sur les infrastructures développées de la Côte d'Ivoire (routes, aéroports, ports naval, etc.) et assurer l’exportation. C’est également une aubaine pour l’Europe! Pourquoi importer des marchandises toujours plus cher de l’autre bout du monde, alors qu’une main-d'oeuvre à bon marché existe tout près et est prête à travailler pour moins de 50 euros par mois? D’ailleurs, la dévaluation monétaire pratiquée par la France via les devises  franc-Africaines (les fameuses CFA) ont eu pour conséquence d’amoindrir le pouvoir d’achat des ivoiriens et des africains en général. Le CFA est une devise de contre-valeur à parité fixe avec l'euro, ce qui signifie que c’est l’euro qui dicte la valeur de la monnaie de plusieurs pays africains. De cette manière, on assure un contrôle de l’économie africaine, pas besoins de vous dire qu’ils veulent assurer la stabilité d'un tel système. C’est une sorte d'esclavage économique moderne et socialement accepté. Par contre, avant tout, l'intimidation et les sanctions imposées au régime de Laurent Gbagbo et aux ivoiriens sont une façon pour la communauté internationale de décourager les autres peuples africains qui oseraient un jour se soulever en faveur de la réelle libération de l'Afrique. Il y a eu Kagame, maintenant c'est le tour de Gbagbo. Voilà les raisons de l’acharnement et de la partialité de la communauté internationale face à la Côte D’Ivoire!

Trouver des solution durable pour la paix et le développement des pays d'Afrique dominés par l'occident n'est pas une mince tâche. Les problèmes de la Côte D’Ivoire sont les problèmes de toute l’Afrique. Dans un cours laps de temps, il serait possible d'envisager de commercialiser d'avantage avec la Chine, qu’avec l’occident. Par contre, je ne placerais pas beaucoup d’espoir là dedans, c'est justement ce que Gbagbo a voulu faire, et vous voyez le résultat? Il faudrait également redéfinir plusieurs frontière qui ont d'abord été divisés artificiellement par les grandes puissance occidentales (France, Royaume-Uni, Portugal, Espagne) au 19e siècle et ce dans le but d'éterniser les conflits inter-ethniques et ainsi faciliter la domination du continent. L'abandon des monnaies franc africains (CFA) et la création d'une devise africaine indépendant, avec l’inauguration des fameux États-Unis d'Afrique, ce vieux concept de 1924, serait surement pertinent. Par contre, bien que cela assurerait tout de même une certaine autonomie, ça n'assurera pas un épanouissement à long terme des africains et des peuples du monde si leur économies respectives restent dominés par les puissances étrangères.

Le but ultime pour libérer les africains et tous les pays du sud de la domination économique du nord sera indéniablement un surpassement du capitalisme. Le but non avoué des occidentaux est de sans cesse réduire les salaires des peuples du monde. Nous leur répliquons que tous ont droit au travail et au salaire décent. Les peuples du sud ont permis le développement de l'ère industrielle en occident. Ce sont les esclaves africains, américains et asiatiques qui ont développés les routes, les chemins de fer, et la plupart des infrastructures publiques en Amérique du Nord et en Europe (dont le fameux ViaRail canadien qui fut construit par des esclaves chinois). C'est la spoliation de ces peuples qui nous ont permis d'avoir du coton, du sucre, du café, du cacao et toute sorte de denrées à très bas prix pendant plus de 3 siècles. Nous avons une dette historique à leur égard. En cela, les égalitaristes que nous sommes réclamons une uniformisation des salaires de TOUTE l'humanité. Si on cumule l'ensemble du PIB (richesse produite) mondial dans un mois et qu'on le divise par le nombre de terriens, on obtient un salaire d'environ 1500$ par terrien, femmes, hommes, enfants et vieillards PAR MOIS! En cela, nous sommes convaincus que la libération de l'Afrique passe d'abord et avant tout par un surpassement du capitalisme, par une juste répartition de la richesse, des responsabilités et du travail. Nous sommes de plus en plus à prôner l’instauration d’un tel principe, l’actualité de tous les jours nous conforte sans cesse d’avantage en ce sens.



12 [ C O M M E N T A I R E S ]

:

Gilbert Coulibaly a dit…

Je suis Ivoirien. Je trouve vos propos très durs, mais je suis d'accord avec l'ensemble. Merci de votre travail de dénonciation, je n'ose pas imaginer ce qui arriverait sans individus comme vous.

path a dit…

Vous avez tout faux Monsieur. Vous faites des amalgames entre les problèmes de domination des pays pauvres notamment africains par les occidentaux, le pillage de nos matières premières par ces derniers, l'ordre économique international injuste qui prévaut et qu'il faut dénoncer avec le problème ivoirien. C'est l'amalgame qu'au demeurant GBAGBO essaie de créer pour semer la confusion dans les esprits. Et vous vous êtes bien pris au jeu. Avez-vous chercher à savoir 1) Si légalement, le Constitutionnel a dit le droit en annulant 600.000 voix et en désignant sur cette base monsieur GBAGBO président? Avez-vous cherché à savoir ce que la loi ivoirienne (l'article 65 du Code électoral prévoit) en cas de fraude entachant la sincérité du scrutin? Pensez qu'elle permet au Conseil constitutionnel de supprimer des voix et de désigner un président sur cette base? Je vous invite à aller lire l'article 65 du Code électoral ivoirien. Il est clair, précis et limpide. Il stipule qu'en cas de fraude entachant la sincérité du vote, que le Conseil constitutionnel annule l'élection - et non supprime des voix-, et qu'il fasse convoquer dans les 45 jours suivants le corps électoral pour un nouveau scrutin. Est-ce que le Conseil constitutionnel a fait? pourquoi n'a t-il pas respecté la loi si tant est qu'il y a eu des fraudes? Sur quel fondement légal a-t-il désigné GBAGBO président? Est-ce au nom de la lutte contre l'impérialisme et l'occident qu'il faut s'amuser avec la loi dont on exige que les autres respectent? Si pour vous, défendre l'Afrique, oeuvrer pour un ordre juste et équilibré au plan international , c'est permettre à certains de prendre des libertés avec la loi pour assouvir leurs intérêts partisans et égoïstes, alors laisser moi vous dire que vous avez tout faux.
Moi je ne sais si Ouattara et son clan n'ont pas fraudé. Il se peut que le nord de la Cote d'Ivoire ait subi des fraudes, voire des fraudes massives au cours du scrutin. Mais encore faut-il apporter la preuve. Et je vous invite à aller lire les attendus de la décision du Conseil constitutionnel pour vous rendre compte de la légèreté de leur jugement voire son inconséquence parfois. Et puis s'il y a fraude, qu'on prétend qu'elle est avérée, mais pourquoi la loi qui la régit n'est-elle pas appliquée? c'est ça votre lutte contre la communauté internationale partisane?

A. Franc-Shi a dit…

“Vous avez tout faux Monsieur”? Vous ne nuancez même pas votre position?
Vous dites que nous faisons des “amalgames entre les problèmes”. Je dirais que nous avons une vue d’ensemble! Non? Si vous êtes incapable (ou que vous ne voulez pas voir) que l’occident a tout l’intérêt du monde à préserver l’Afrique, l’Amérique du Sud et le Moyen-Orient faibles et dépendants, c’est soit que vous ne connaissez pas votre Histoire, ou bien que vous jouez à l’autruche!

Comment donc expliquez-vous la position arbitraire de la communauté internationale face à Haïti et Jean-Bertrand Aristide? Comment expliquer la complicité des États-Unis et de l’Europe dans les dictatures sud-américaines dans les années 1970? Comment expliquez-vous l’attaque du Vietnam, de l’Irak, de l’Afghanistan et la prochaine contre l’Iran? Vous pensez vraiment qu’il s’agit d’une mission de maintient de la paix dans le but de déloger des armes de destruction massive? Pourtant, ces armes sont d’abord et avant tout en Israël, aux États-Unis, en Russie, n’importe où sauf où l’occident frappe! Vous devriez être capable (à moins que vous ne voulez pas comprendre) la situation mondiale qui est un duel entre deux grandes puissance, l’une dominante depuis la 2e guerre mondiale, l’autre en émergence;. Si vous êtes incapables de voir que ces puissances (surtout celle qui voit son influence diminuer au profit de l’autre) sont prêtes à tout pour s’assurer des richesses naturelles et de la main-d’oeuvre à bon marché pour dominer l’autre, soit vous êtes naïf, soit vous êtes un agent de la désinformation et de la discordance.

Il est vrai que je n’ai pas recherché “l'article 65 du Code électoral”. Mais par contre, contrairement à vous, j’ai recherché les preuves de fraudes électorales, et celles-ci sont accablantes, surtout en faveur de ce qui semble être votre candidat Alassane Ouattara. Dans la seule ville de Bouaké, bastion de la rébellion du nord, plus de 94 000 votes ont étés ajoutés en faveur de celui-ci! Une simple recherche sur google de “preuve de fraude en Côte D'Ivoire” vous nourrira de multiples découvertes. Nous avions souligné ces fraudes dans un texte précédent...

Maintenant, voyons quel est votre solution. Vous dites que s’il y a fraude, il faut recommencer l’élection. Mais il y a déjà eu deux tours! Gbagbo a très facilement remporté le premier tour, alors que les résultats du deuxième étaient au coude-à-coude et étaient teintés de fraudes massives. Votre solution : refaire une autre élection? Et qu’arrivera t’il si nous avons droit aux même fraude? Nous ferons une troisième élection? Et qui paiera pour ces nombreuses élections? La communauté international? Gbagbo et Ouattara? Non! Le peuple ivoirien voyons!

Dès le début, la communauté internationale aurait dû préserver sa neutralité et prôner l’organisation d’un gouvernement national de coalition. Mais ce ne fut pas le cas. Ils ont préféré appuyer de façon indéfectible le candidat de Ouattara, le même qui veut appliquer à la lettre les dictas du FMI et de la Banque Mondiale. Ne voyez-vous pas que la position de la communauté international est partiale? Ne voyez-vous pas que leur position est dictée non pas par la raison, par la logique ou par l’empathie, mais par un désir de préserver son économie concurrence face à la Chine. S’il fallait que la Chine assoie son emprise sur l’Afrique, ce serait la fin du modèle occidental de domination mondial de l’économie.

<...suite...>

A. Franc-Shi a dit…

<...suite...>

Notre position? Nous ne sommes ni en faveur de Gbagbo, ni en faveur de Ouattara, mais en faveur du peuple uni, organisé et prêt à se battre réellement pour la libération de la Côte D’Ivoire, de l’Afrique en général et même de tous les peuples terriens. Pour cela, il faut MONDIALEMENT surpasser la domination capitaliste. En cela, nous offrons une panoplie d’outils conceptuels, dont la pierre angulaire sont les comités d’actions de délégués révocables. Je vous conseil une recherche également sur ce sujet. Sans rancune.

path a dit…

Permettez-moi de rire un instant et sans rancune! Je ne suis pas ivoirien.Mais je suis un africain qui connaît les réalités d'Afrique et de la Côte d'Ivoire. Je disais, permettez-moi de rire car vous me renvoyez vers google pour trouver d'hypothétiques preuves postées par GBAGBO et son clan sur le net. Mais vous croyez que les autres sont si bêtes pour, s'ils avaient vraiment effectuer des fraudes, les laisser apparaître de façon si grossière? Qui veut noyer son chien, l'accuse de rage dit-on.

Connaissez-vous la configuration sociale de la Côte d'Ivoire?Avez-vous en main les chiffres des résultats du scrutin du premier tour des élections présidentielles en Côte d'Ivoire? Vu que vous tenez tant à l'histoire, je vous convie à aller chercher les résultats des dernières élections municipales dans le nord de la Côte d'Ivoire.En comparant lesdits résultats, vous verrez que le nord est le fief incontesté et incontestable d'Alassane OUATTARA. Que les chiffres démontrent que c'est une citadelle imprenable par GBAGBO. C'est donc curieux que ce soit dans son fief que Ouattara ait tenté de frauder, des cités qui lui sont entièrement acquises. Vous ne trouvez pas cela bizarre, qu'il soit amené à faire des fraudes dans des cités qui lui sont acquises?
Je vous invite à rechercher les chiffres pas uniquement sur internet mais à aller à la source des infos, la crédibilité de vos articles en gagnerait du prix. Demander une copie de la décision du Conseil constitutionnel pour lire les attendus et vous vous apercevrez vous-même de la légèreté de cet organe.

Moi je ne vous parle pas de rumeurs, de tracts balancés sur le net. Je vous parle de faits, de droit, de loi. N'est-ce pas cela la démocratie?

Vous vous emparez de la crise ivoirienne sans vous poser la question la plus élémentaire: 1) est-ce que le droit a été dit? C'est facile après d'accuser les occidentaux si vous ne cherchez même pas la réponse à cette question. Et puis vous me parlez de la communauté internationale? mais qui a fait recours à ladite communauté internationale sinon les ivoiriens? mais qui est content de solliciter des subventions de ladite communauté étrangère sinon les ivoiriens? connaissez-vous un pays normal où on est obligé de faire appel à l'ONU pour certifier les résultats d'une élection présidentielle, si ce pays , du moins sa classe politique ne se trouve malade?Ce n'est pas la Communauté internationale qu'il faut incriminer ici. C'est la classe politique ivoirienne toute confondue qui ne fait ni honneur à la Côte d'Ivoire ni à l'Afrique: Bédié qui a surfé sur l'ivoirité pour garder le pouvoir, Ouattara pour avoir eu des accointances troublantes avec les rebelles, et GBAGBO pour n'avoir pas su 10 ans durant mettre un terme à l'ivoirité et réunifier et réconcilier le pays.La côte d'Ivoire ne mérite pas des dirigeants pareils, qui ne pensent qu'à eux-mêmes et à leurs poches.

path a dit…

Alors, laissez-moi rire une dernière fois quand vous présentez GBAGBO comme le nationaliste. C'est la preuve que vous ne connaissez pas l'Afrique. Un nationaliste qui fait appel à des conseillers spéciaux français, qui utilisent des avocats français et des agences de communication appartenant à des français alors que tout ceci existe en Cote d'Ivoire et en Afrique. Un nationaliste qui comme Bédié, comme OUATTARA, vole le denier public ivoirien, et mène grand train de vie au détriement du peuple.Les autres seraient mauvais et lui bon. Ils sont tous de piètres politiques indignes de la Côte d'Ivoire.Un nationaliste corrompu, et vous en êtes fiers vous. Un nationaliste qui ramène des déchets toxiques en Côte d'Ivoire tuant ainsi de pauvres ivoiriens.Et vous en êtes fiers vous. Un nationaliste qui brade le port, le pétrole ivoirien à des impérialistes qui vous insupportent à savoir BOLLORE et TOTAL, et bien entendu, vous en êtes fiers.Je ne suis pas un doux naîf au point de croire que la communauté internationale ne défend pas ses intérêts à travers les positions qu'elle prend en Côte d'Ivoire. Dans ce conflit, tout le monde y compris les Etats africains, défendent leurs intérêts. Mais le véritable problème ici est de savoir si la loi est respectée ou s'il y a eu manifestement trucage de la part de l'un ou l'autre des camps? Et pour le savoir,je vous invite à revenir à la constitution ivoirienne, au Code électoral ivoirien, aux accords de MARCOURSIS, de Pretoria et de Ouagadougou, puis rechercher les procès-verbaux que la CEI a envoyé aux candidats, aux facilitateurs, à l'ONU puis au Conseil constitutionnel. Votre jugement n'en sera que plus pertinent et plus approfondi.
Pour ce qui est de la lutte pour un ordre juste dans le monde, je salue votre combat.Mais de grâce, évitez des analyses manichéennes car la réalité est plus complexe et plus ondoyante que ce que vous présentez. Le mal de l'Afrique c'est d'abord les africains avant d'être la Communauté internationale et c'est un africain qui vous le dit.

path a dit…

NB: Je vous invite à aller lire la lettre de Monseigneur LEZOUTIE, évêque auxiliaire de YOPOUGON, sur le site de AFRICATIME COTE D'IVOIRE. Elle vous édifiera sur la crise ivoirienne.

Je vous invite aussi à comparer les procès verbaux que toutes les institutions ont eu (ONU, CEI, FACILITATEUR, AMBASSADES , CANDIDATS, PRESSE) et le torchon mis sur google.Vous vous rendrez compte du trucage .

Ensuite, pour votre gouverne, recherchez les rapports des préfets suite à l'élection dans le nord du pays -préfets désignés par GBGABO, les rapports du CECOS- comité intégré forces de défense et forces nouvelles
Revoyez les commentaires de la radio télévision ivoirienne le soir du scrutin et le lendemain.Ils étaient tous unanimes à dire que le scrutin s'est bien déroulé dans le nord.
Et puis dites-moi, si tant est qu'il y eu fraude dans les sept départements du nord -curieusement, ce n'est que dans ces départements qu'il y aurai eu des fraudes-, pourquoi le Conseil constitutionnel ne respecte pas la loi en annulant l'élection? Pourquoi vous ne criez pas au scandale quand l'institution censée faire respecter la loi, la viole pour désigner un président? Cela ne vous a pas apparemment choqué?puisque vous n'en parlez pas dans vos articles.
En supprimant 600.000 voix dans le nord, que fait t-on des citoyens de ces départements? sont-ils des sous-hommes?leur voix ne comptent-ils pas?

Vous voyez, le véritable problème, et je vais vous le dire, ce n'est pas la communauté internationale, ce n'est même pas les résultats des élections dont tout le monde sait et GBAGBO, le premier qu'il a perdu.
Le véritable problème; c'est que GBAGBO ne digère toujours pas la rébellion de 2002. Que ce conflit en réalité n'a pas été résolu, que les inimitiés voire les haines que les politiques ivoiriens se nourrissent sont encore tenaces.Et qu'à partir du moment où GBAGBO estime qu'il a été à tort agressé, il pense qu'il lui revient à son tours d'agresser, d'envoyer le revers de la médaille. Et puis si ailleurs par des miracles et des magies, des présidents perdent les élections tout en se maintenant au pouvoir, pourquoi on lui demanderait à lui de ne pas en faire autant. C'est là toute la logique de GBAGBO. Il n'a peut-être pas tort d'ailleurs.On gagne ou on gagne disait-il comme slogan de campagne. Seuls les idiots ne l'avaient pas compris.On gagne ou on gagne.Quelle démocratie!

path a dit…

Enfin, et j'en aurai terminé, j'en viens à votre solution qui est d'ailleurs celle de GBAGBO: le partage du pouvoir. Gouvernement d'union nationale vous dites.
Pourquoi, dites-moi si GBAGBO a gagné les élections, pourquoi devrait-il partager le pouvoir? Pourquoi dès le lendemain de sa désignation par le Conseil constitutionnel, ses conseillers ont toute suite proposé le partage du pouvoir avec l'opposition? MAMADOU COULIBALLY, président de l'assemblée nationale et ténor du FPI, parti de GBGAGBO est même allé loin dans sa proposition: qu'on négocie dit-il. Que Ouattara soit nommé vice-président ou président bis et qu'il ait la contresignature de tous les décrets avec GBAGBO. Vous pouvez retrouver cette déclaration dans le journal gouvernemental fraternité matin. Connaissez-vous un seul pays au monde où le président ayant la légitimité et la légalité démocratique demande au vaincu d'être coprésident avec lui? Si c'est pour en arriver là, pourquoi avoir organisé des élections?

Et puis, faisons un peu d'analyse politique.Si vous connaissez la Côte d'Ivoire, pensez-vous que GBAGBO peut-il battre l'alliance Bédié-Ouattara? Demandez aux ivoiriens, ils vous diront que c'est sociologiquement, géographiquement et ethniquement-malheureusement on en est là encore en Afrique- impossible. C'est presque de l'arithmétique.

Et puis prenez les résultats du premier tour et ceux du second tour et analyser les reports des voix entre Bédié et Ouattara. Fondons-nous même uniquement sur les résultats validés et proclamés par le Conseil constitutionnel. On constate qu'au second tour, dans les régions où le Conseil constitutionnel a bien voulu valider les résultats, il y a eu près de 80% des gens qui ont voté pour Bédié au premier tour qui se sont reportés sur Ouattara. Je parle bien des résultats du Conseil constitutionnel.

S'il y a eu autant de report dans des régions validées par le conseil constitutionnel et qui ne sont pas censées être a priori les fiefs de Ouattara, comment GBAGBO aurait-il pu gagner dans les départements du nord, fief naturel de Ouattara et comment aurait-il pu gagner le scrutin in finae? C'est vous dire que même les chiffres du Conseil constitutionnel trahissent GBAGBO. Le reste n'est que de l'art dilatoire pour se maintenir au pouvoir.

Et puis n'oubliez pas, l'histoire nous renseigne que MOBUTOU, AMINE DADA, SEKOU TOURE, KEREKOU 1,EYADEMA, pour n'en citer que ceux-la, dictateurs devant l'éternel, se sont toujours prévalus de la lutte contre l’impérialisme, la lutte conte le néocolonialisme pour justifier leur maintien au pouvoir et mieux assujettir leurs peuples.Comme par hasard, GBAGBO utilise aujourd'hui les mêmes arguments. Il dit qu'il faut respecter la loi ivoirienne, mais le Conseil constitutionnel qui le fait président ne la respecte pas elle-même. Vous me direz, on n'est plus à un paradoxe près. On gagne ou on gagne nous avait-il dit. Idiot sommes-nous qui n'avions pas compris que même si on perdait, on gagnait quand même. On gagne ou on gagne.

A. Franc-Shi a dit…

Merci de votre combativité et de votre rigueur intellectuelle. Par contre, vous semblez vouloir prétendre que nous appuyons le clan Gbagbo, alors que nous répétons ad nauseam que nous ne somme ni en faveur de l'un, ni en faveur de l'autre! Ce que nous dénonçons, c'est la partisannerie de la communauté internationale et son refus de prôner l'impartialité et le dialogue inter-ivoirien! Gbagbo a perdu toute sa crédibilité lorsqu'il a refusé de remettre en question le principe d'ivoirité. Il aurait pu profiter de cette cause pour affirmer sa volonté de vouloir réformer les frontière africaines qui, nous le répétons, ont étés délimités par l'occident au 19e siècle. Il ne l'a pas fait.
De plus, son appui au faux-socialiste-dictateur de Tunisie Ben Ali avait déjà entaché sa crédibilité, tout comme celle des faux-socialistes français, qui le supportait également. Nous ne prétendons pas qu'il n'y a pas eu de fraude électorale de la part du clan Gbagbo, nous soulignons que la communauté internationale décide quasi-unanimement de prendre position en faveur d'un fraudeur au lieu de miser sur le dialogue inter-ivoirien. Gbagbo est aussi coupable de trahison des peuples africains, tout comme les socialistes français sont des traites des peuples du monde! Sur cela au moins, je pense que nous nous accordons.

Vous dites que vous appuyez votre argumentaire sur le droit national et international. Sachez que la justice n'est pas juste et que le droit est le droit d'une poignée d'individus de faire ce qu'ils interdissent à d'autres. Vous parlez de droits et de justice. La même justice qui condamne la pédophilie mais qui accepte les orgies de Silvio Berlusconi avec des mineurs? Le même code de loi qui condamne et persécute Julian Assange et qui mobilise INTERPOL pour une question d'agression sexuelle obscure? La même justice internationale qui a permi à Georges W. Bush d'envahir illégalement l'Irak et l'Afghanistan, de faire des milliers de victimes innocentes tout en détruisant l'environnement de ces pays respectifs pour des décennies, sans même avoir la peur d'être un jour jugé pour ces atrocités? La justice et les droits, c'est fait pour juger des voleurs de dépanneurs, pour écraser les peuples qui se révoltent, pas pour éliminer les injustices! Les injustices, elles sont innhérentes au système capitaliste et crée la méfiance et la haine entre les peuples. En régime capitaliste, la justice a deux vitesses : une justice pour les gens comme 'nous' et une justice pour les chefs d'États, les haut-fonctionnaires, les grands PDG, etc...

Votre analyse est une analyse typiquement formoise, votre acharnement à ne pas vouloir remettre en cause la question de fond, l'économie nationale et mondiale déséquilibré, aura des répercussions bien plus terribles que présentement. Tous les conflits trouvent leurs souches dans l'économie. Votre analyse formoise à vouloir appliquer machinalement le droit (celui de la communauté internationale et de la situation géopolitique hérité du passé) mènera inévitablement à une guerre civile. Votre solution : refaire un autre élection! Je ne comprends vraiment pas! La justice et la paix est rarement acquise par le droit. La révolution française n'a t-elle pas été accomplie par des 'illégaux'? Pourtant, leurs actes barbares nous ont affranchis de la monarchie! C'est l'application de LEUR justice et de LEUR code de loi qui a permi cela! N'est-ce pas le respect du droit, de la justice et de la non-ingérence des blocs 'démocratiques' qui ont permi la monté du Nazisme et d'Adolphe Hitler en Europe? Tant qu'Hitler exterminait les 'noirs' et les communistes, rien ni personne n'a osé lever le petit doigt contre Hitler. Pinochet, c’est la même chose! Les codes de lois, la justice, ils l'appliquent bien lorsque cela les arrangent...

A. Franc-Shi a dit…

La réalité, c'est que les frontière ne tiennent plus. Toutes les frontières, mais plus particulièrement celles d'Afrique puisqu'elles ont, pour la plupart, été délimitées par l'occident au 19e siècle. Nous offrons un outils capable d'unir les luttes et de surpasser ces frontières, TOUTES les frontières. Ainsi, il sera possible de redonner de l'importance au simple citoyen en tant qu'individu. Cet outil, ce sont les comités d'action de 25 individus regroupés par délégués RÉVOCABLES. Toutes les révolutions modernes, en passant par la commune de Paris de 1871 et des deux révolutions russes, ont étés conquises ainsi. Seule une telle organisation peut surpasser les frontières capitalistes et vraiment libérer les peuples d'Afrique et d'ailleurs. Mais ces organisations ne sont pas 'reconnues' par vos codes de lois et votre justice. Pourtant, ce que nous demandons est juste, démocratique et équitable : une organisation politique mondiale réellement démocratique, où le citoyen est la pierre angulaire du progrès, et une uniformisation des salaires de TOUS les terriens pour abolir les injustices hérités du passé. Aucune justice ne peut être vraiment juste sans cela.

MensDia a dit…

"Mais quels intérêts peuvent justifier un tel positionnement extrémiste?" C'est bien la question que je me pose...

Même si je ne suis pas entièrement d'accord avec les remèdes proposés, notamment l'uniformisation/l'égalité parfaite, la dénonciation est juste et je vous en remercie.

Et puis, il faut reconnaître que le capitalisme est à son apogée, car tant que les résultats étaient positifs, les profits se partageaient entre une minorité et depuis la crise des subprimes, il y a eu mutualisation des pertes. Il faudrait plutôt repenser le capitalisme en l'accompagnant de valeurs morales et éthiques.

Peu importe, dans le fond nos combats se rejoignent puisque le but est d'aboutir à la liberté véritable des peuples !

MensDia

abner fernandez a dit…

Love it!
To the point, articulate, and interesting.
Save Our Planet..GO Green
Thanks!!

Contribuez à cette discussion